Audi #quattrodays ou la rencontre de la tenue de route.

L’hiver arrive et bien sûr les discours sur les pneus hiver se multiplient. Néanmoins, les pneus hiver n’ont pas le monopole de la motricité en conditions difficiles, les constructeurs aussi s’y mettent avec leur système à quatre roues motrices. C’est ce qu’a voulu nous faire découvrir, le temps d’un road trip, Audi lors de ses #quattrodays.

Vous l’aurez deviné, « quattro » est le nom de cette technologie qui équipe 160 modèles de la marque allemande. C’est parti pour une journée avec la famille Audi « quattro ».

Immersion au sein de la famille.

Audi_Quattrodays_LeMans-11

Notre raid-trip est tracé et est composé de 2 étapes pour une durée de 4h30 avec comme arrivée la maison d’Audi : le circuit des 24h du Mans. Il a été mis à notre disposition quatre modèles assez représentatifs de l’amplitude de la gamme Audi. Nous avons le choix entre les Audi A3, Q3, SQ5 et A6.

[divider] [row] [col width= »six »]

Audi Q3 

Audi_Quattrodays_LeMans-2

J’ai un bon apriori sur le Q3. Le concept de SUV citadin me semble intéressant. C’est donc pour ça que j’ai choisi ce modèle pour faire les quatre-vingt premiers kilomètres (ville + autoroute) qui nous séparent de notre première étape : Dreux.

Extérieurement, l’on retrouve les lignes de la marque aux anneaux. Le plus petit SUV de la gamme Audi conserve les codes de la marque avec une signature visuelle identique aux autres modèles de la marque. Très proche du Q5. Néanmoins, son gabarit offre une très bonne visibilité et une préhension de l’espace très confortable pour une conduite en ville. Ses dimensions sont raisonnables et donc sa prise en main est rapide même en ville. Sur autoroute, le mauvais roulis que son gabarit pourrait engendrer est annihilé par un châssis très sain : le confort de conduite reste entier. A l’intérieure, rien à dire. C’est son plus gros défaut. Le microcosme Audi est bien connu maintenant et manque un peu d’originalité, mais attention, il ne souffre d’aucun défaut. Les boutons sont biens placés au même titre que les commandes. L’écran est lisible et le retour entre les compteurs permet une très bonne lisibilité. La finition est irréprochable : Audi sait très bien faire les choses si ce n’est apporter une touche d’originalité. Doté du 4 cylindres de 2.0L TDI de 177ch, le Q3 est dynamique et son poids se fait oublier. Enfin, équipé de la technologie « quattro » toute la puissance semble passer au sol.

 [/col] [col width= »six »]

Audi A6

Audi_Quattrodays_LeMans-16

Une fois arrivés dans les petites ruelles de Dreux et m’être faufilé avec le Q3 je dois admettre que j’ai bien rigolé en voyant mes confrères sortir en sueur de l’Audi A6. Il faut admettre que les petites ruelles sont à l’Audi A6 ce qu’un Hummer est a un parking couvert ; inappropriés. Mais, les soixante-dix kilomètres suivants s’annoncent sinueux et également assez rapides alors pourquoi essayer cette berline.

L’Audi A6, tout de blanc vêtu, offre des lignes très douces malgré un regard un peu plus dynamique. Au même titre que le Q3 – et les autres modèles de la marque – la face avant diffère très peu et garde les codes Audi. Néanmoins, assez fine, elle est très longue sans pour autant paraître massive. Il faudra quand même quelque temps et beaucoup de coups d’oeil dans les rétros pour se faire à cette grande berline. En revanche, au niveau du confort à bord, pour le conducteur, rien à dire. Les inserts en bois, viennent réchauffer l’ambiance précédemment évoquée et confère à l’A6 un écrin très raffiné. L’austérité disparaît et l’ergonomie rend l’intérieur de l’Audi A6 extrêmement agréable. Les soixante-dix kilomètres passent sans douleurs et il fallait au moins l’entrée sur le circuit pour m’en déloger. Au niveau du comportement, les 313ch offrent un dynamisme qui – là encore – fait oublié le poids encore plus conséquent de la voiture. Les dépassements s’offrent le luxe d’être très virils et le système « Audi Select » permet de personnaliser le mode de conduite. Les grands trajets deviennent des formalités.

[/col]

[/row]

[divider]

[row] [col width= »six »]

Audi SQ5

Audi_Quattrodays_LeMans-20

Galvanisé par l’ambiance du circuit Bugatti que j’aime tant, je prends les rennes du SQ5. Après avoir vu les performances du RSQ3, j’ai hâte de solliciter les 313ch du Bi-TDI. Et puis cela amoindrira la douleur de quitter le circuit du Mans.

Très peu d’attributs viennent souligner la sportivité du SQ5. Audi fait dans la discrétion pour ce modèle assez atypique. Atypique, car équipé d’un V6 Bi-TDI de 313 ch (le même moteur que l’Audi A6 précédemment racontée), ce SUV devient donc un diesel sportif. La ligne S-Ligne vient modifier un peu la calandre et badger les étriers du nom du modèle. Audi, pour se modèle vise seulement l’efficacité et laisse de côté les attributs (à l’utilité discutable) superflus d’une sportivité ostentatoire. L’intérieur, bi-color, est un peu vieillissant mais toujours d’excellente facture. La qualité, l’ergonomie et la fonctionnalité germanique est bien présente mais aucun détails ne vient adoucir l’austérité d’Audi, après tout, c’est pas ce qui compte sur ce modèle ; on parle de sportivité   alors allons-y. Et franchement. Quel châssis ! Quel moteur ! Quel boite ! Quelle motricité ! Voilà ce qui défini le SQ5. Les différents « sound systèmes » vous font oublié qu’il s’agit d’un diesel et l’ensemble est bluffant. Si l’on est pas catapulté, on en est pas loin. Qui plus est son comportement est joueur et rend le SQ5 vraiment drôle. A tel point qu’on se laisse surprendre a vouloir vraiment jouer avec. Là encore, les longs trajets se feront sur routes nationales et le sourire  aux lèvres.

[/col]

[col width= »six »]

Audi A3

Audi_Quattrodays_LeMans-10

Dernière étape, la fatigue commence à se faire ressentir. Très proche de ma voiture personnelle, je diminue les risques de faire une bourdes qui abimerait la voiture. Aucune casse durant la journée, pour les derniers kilomètres d’autoroutes et les derniers hectomètres de ville : la A3 me semble un choix judicieux.

Très proche du design de la VW Golf 7, dans sa robe bleue, l’Audi A3 est objectivement bien réussie. Bien qu’il s’agisse de l’un des modèles les plus petits de la gamme, elle bénéficie des même attentions et offre également des feux diurnes qui font – entre autre – la force de la marque aux anneaux. Très bien équipée, l’Audi A3 offre – pour le coup – un intérieur d’une qualité nettement supérieure à n’importe qu’elle Golf 7 (même en finition Carat). GPS tactile, sièges baquets, l’intérieur est séduisant et aussi ergonomique que ses grandes soeurs. A croire que seul le gabarit diffère tant l’attention portée aux finitions est grande. C’est vraiment une compacte agréable à l’usage. Si les bruits dans l’habitacles sont moins discrets que les grandes de la gamme, cela reste au-dessus de la moyenne du marché. Équipée d’un moteur 4 cylindres TDI de 150ch, l’Audi A3 s’avère également bien dotée pour les longs trajets comme les routes sinueuses. Enfin, sa boite à 6 rapports offre des consommations basses, l’étagement entre la 5e et la 6e aurait pu être optimisé.

[/col] [/row]

[divider]

Arrivée la maison. 

Audi_Quattrodays_LeMans-34

Arriver sur le circuit des 24h du Mans, c’est véritablement jouer à domicile. La présence d’Audi se fait ressentir partout, et pour cause. Petit retour sur la relation étroite qu’il existe entre Audi et les 24h du Mans.

 Côté chiffres

  •  1999, 1ère participations aux 24h du Mans
  • 12 victoires
  • 6 modèles
  • 9/12 victoires par Tom Kristensen

Les chiffres – a eux seuls- sont éloquents ; sans compter l’immense sculpture au milieu du village à l’effigie de la marque.

La technologie « quattro » et le sport automobile

Si la plupart du temps la technologie voit le jour d’abord  en compétition, pour Audi le chemin est un peu différent. Né en 1980 au coeur du mythique coupé sportif ; la Audi Coupé Quattro.

L’histoire raconte qu’il a simplement fallu faire gravir une pente enneigée (impensable sans pneus cloutés à l’époque) ladite Audi à son patron pour le convaincre de lancer la production.

On a joué dans le jardin. 

Audi_Quattrodays_LeMans-22

Si la technologue « quattro » était présente sur chacun des véhicule de notre joli convoi, il n’en demeure pas moins que les effets ne se font pas ressentir immédiatement. Finalement, cela se comprends. Qui – au quotidien – met en défaut constamment sa voiture ? Si le système « quattro » permet plus de sportivité, hors conduite dynamique c’est plus de sécurité que vous apportera ce système. C’est ce qui a été mis en exergue par les différents ateliers.

Perte d’adhérence et slalom

Le principe est simple. Sont mis successivement face à face des Audi A5 avec et sans la technologie « quattro ». Sur une bâche extrêmement glissante le départ est donné pour un slalom d’environ 70m. A la fin un chrono mesure notre temps. Si Viinz et moi, nous sommes beaucoup appliqués la différence reste flagrante : le « quattro » offre une motricité supplémentaire et nous fait donc gagner en adhérence et en temps. Dans les faits, c’est environs 1,5 secondes, derrières lesquels se cachent un vrai gain d’efficacité.

Mauvaise surprise à la sortie

Le tracé formé par les cônes retrace un virage dont la sortie se ressert fortement. Très fortement. Roues braquées ils nous est demandé d’accélérer à fond jusqu’à obtenir une vitesse de 55 km/h. Une fois cette vitesse atteinte c’est un virage gauche serré fermé qui nous attends. Le résultat est sans conteste : un A3 berline sort du tracé là où une S3 « quattro » passe plus rapidement. Éclaté un plot correspondant a une sortie de route. Sur une route de montagne, dans les mêmes conditions, l’issue serait tragiquement différente.

Conclusion

Audi_Quattrodays_LeMans-30

Je ne pensais pas la différence si importante. Si les ateliers que nous avons fait ont été construits pour mettre en exergue cette technologie, il n’en demeure pas moins que la motricité ressentie est impressionnante.  Je suis maintenant intimement convaincu que l’efficacité légendaire de la marque aux anneaux est dû au système « quattro ».

Commenatires

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram has returned invalid data.