#Audi2E Laponie – La préparation physique

Vous vous souvenez des #Audi2E au Mans ? Et bien on recommence l’aventure pour la Grande Finale qui -cette fois-ci- se tient en Laponie. Au pays du Père-Noël à cette période de l’année c’est l’hiver et il fait froid. Très froid puisque des températures entre -5°C et -15°C sont attendues durant notre séjour. On a donc tout intérêt à bien se préparer. 


La préparation physique dans le sport auto

Comme vous le savez dans « sport automobile » il y a le mot sport. Les pilotes sont des sportifs avant tout c’est pourquoi une préparation physique constante est de rigueur pour plusieurs raisons. Être en forme d’abord, mais surtout être résistant en cas d’accident. Naturellement donc, dans le cadre de ma préparation à cette course, je suis allé demander quelques conseils à un pro pour avoir les fondamentaux d’une bonne préparation physique.

ERWAN DELANOS – OSTÉOPATHE & SOIGNEUR SPORTIF

Peux-tu me dire en quoi consiste ton métier ?

J’accompagne les sportifs dans leur activité quotidienne. Mon but est d’adapter leur corps et les adapter au mieux dans les contraintes de leur activité. Que ce soit articulaire, musculaire ou osseux. 

Quelles peuvent-être les conséquences du sport auto sur le corps humain ? 

La tête est la partie la plus lourde du corps humain avec des muscles assez fins pour la supporter. Une des grosses conséquences de l’accélération subie dans la voiture par une tête casquée, va être de trop solliciter les muscles rachidiens et du coup amener des blocages au niveau cervicales. 

Quelle préparation tu préconiserais pour cette pratique ? 

Travailler en isométrie pour que les muscles soient plus résistants dans leur physiologie. C’est-à-dire gainer les muscles du cou pour renforcer les muscles latéraux et péri-rachidiens. En plus simple : que les mouvements en avant et en arrière soient moins traumatisants pour les articulations. L’assise dans la voiture repose aussi sur le dos et le bassin qu’il faudra également consolider avec un gainage abdominal. 

Physiologiquement comment peut-on conditionner notre corps ? 

Il faut que la préparation soit à la fois physique et nutritionnelle.
Physique, avec un travail d’endurance musculaire et de musculation par du gainage.
Nutritionnelle en évitant toute alimentation qui amène des toxines. Il faut limiter la fatigue musculaire et éviter les grosses courbatures : donc exit le gluten, les laitages, le café et l’alcool. 

En Laponie il va faire très froid…
Est-ce que cela va avoir un impact sur notre appréhension de la course ?
 

Le froid va diminuer ta capacité de fonctionnement musculaire et ta lucidité. Il faudra bien s’échauffer et rester au chaud afin de se détendre et bien préparer les muscles qui seront sollicités pendant l’épreuve. 

En endurance, on fait quoi à la fin de notre relais ?

Il faudra bien se réchauffer, s’étirer et s’hydrater pour ré-oxygéner les muscles et évacuer l’acide lactique. La pose d’un tape (bande elastoplast)  bien adapté et posé par un ostéopathe apporterait plus de confort. 

Un dernier conseil ? 

Couvrez-vous bien, buvez beaucoup (de l’eau!). Et bien sûr avoir un ostéopathe dans votre stand 😉 


Bon en synthèse, il faut se couvrir, se nourrir raisonnablement et se gainer d’un peu partout. Si vous n’êtes pas convaincu par cette méthode, d’autres le sont, et pas des moindres : l’équipe d’endurance d’Audi Sport qui rentre à peine d’un stage intensif d’entrainement à Lanzarote.

Merci à Erwan pour ses conseils.

Commenatires

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram did not return a 200.