Essai – Audi A3 Cabriolet

Audi A3 Cabriolet - 1.8L TFSI 180ch

Extérieur, tout d’une grande berline

La nouvelle Audi A3 Cabriolet 2014 est basée sur un dessin de tri-corps, un dessin a priori peu dynamique. Et pourtant… Avec sa ceinture de caisse plongeante vers l’avant, l’Audi A3 semble très élancée. Deux lignes, haute et basse, viennent donner un peu de relief à ce dessin qui, en fin de compte, est très harmonieux. Par ailleurs, les éléments chromés de la calandre et du pare-brise offrent un contraste de couleur et de texture qui fait de cette nouvelle A3 Cabriolet une citadine d’autant plus chic.

C’est au niveau du coffre que ce nouveau dessin fait le plus la différence. Affinée dans sa ligne, la partie arrière de l’Audi A3 Cabriolet est allongée et vient élancer l’ensemble. Enfin, les deux sorties chromées du 1.8L TFSI de 180ch terminent cette ligne.

Pour terminer, la signature visuelle reste bien présente avec Audi, qui a su imposer son style en la matière. La technologie full LED (en option à 935€) remplace la technologie Xenon/LED et donne à l’Audi A3 Cabriolet un regard que l’on connaît maintenant bien chez la marque aux quatre anneaux. En définitive, pas d’erreur majeure dans ce joli dessin mais, il faut l’admettre, la prise de risque est minime.

Un intérieur sobre

Soigné : tel est l’attribut qui sied le mieux à l’intérieur de cette Audi A3. Aucune excentricité cependant : on retrouve une ligne de tableau de bord pure et sans rupture visuelle. Fluide, cet intérieur possède quatre ouïes d’aération rondes, qui ne sont pas sans rappeler les quatre anneaux et confèrent un bel effet à cet intérieur.

Équipé du GPS MMI Advanced, l’écran rétractable situé sur le haut de la console assure une bonne lisibilité sans quitter les yeux de la route. Le pavé tactile (ou MMI Touch) est assez facile à prendre en main et réactif. Néanmoins, les boutons situés sous les ouïes centrales – du plus bel effet au demeurant – restent peu ergonomiques. Leur position demande de quitter les yeux de la route lorsque les réglages de  ventilation, eux, tombent au bout des doigts depuis le pommeau de vitesse. Sur cette version Ambition Luxe, le son, de très bonne qualité, est signé Bang & Olufsen (moyennant 645€). Complet, le système MMI offre une solution multimédia très complète (lecture SMS notamment) et personnalisable (réglage du volume et du son des radars par exemple). S’agissant de la version cabriolet de l’Audi A3, gorgée de lumière décapotée, l’ensemble des informations reste lisible.

L’arrivée de l’ACC (régulateur adaptatif de vitesse) sur ce modèle bardé d’aides à la conduite offre un réel confort et permet, lors de trajets longs et monotones, de lâcher complètement les pédales. À cela s’ajoutent l’Active Lane Assist et le Side Assist qui veillent au respect des trajectoires. Ces aides viennent compenser le léger manque de visibilité que les montants du pare-brise – bas et plongeants – provoquent.

Un comportement qui porte à jouer

À cause de sa structure même, un cabriolet souffre généralement d’un châssis à la raideur discutable. En effet, l’absence de montants centraux rend l’ensemble de la structure parfois moins rigide. Cependant, celui de l’Audi A3 Cabriolet offre un comportement très sain, voire joueur. Si, en conduite citadine, la qualité d’un châssis n’est pas forcément visible, c’est sur les petites routes sinueuses aux courbes fermées et rapides que la châssis fera son œuvre. Ça tombe plutôt bien, les routes menant au Teide (point culminant de Tenerife) offrent un terrain de jeu idéal pour cette Audi A3 Cabriolet.

Une fois le Drive Select passé en mode dynamic, le ressenti volant, la réactivité des pédales et de la boîte S-Tronic permettent de jouer  vigoureusement avec le moteur TFSI de 180ch. Bien étagée, la boîte est réactive aussi bien depuis les palettes qu’en mode sport. Les trains offrent une bonne adhérence malgré l’absence du système quattro sur ce modèle. Lourde de 1,5T, une motorisation inférieure à 140ch rendrait toute tentative de conduite sportive inutile. Bonne surprise cependant avec la boîte mécanique, qui offre une bonne nervosité et annihile même le léger moment de latence qu’on peut ressentir, au démarrage, à la pédale, avec la boîte S-Tronic.

Épilogue

Cette Audi A3 Cabriolet est vraiment agréable à vivre au quotidien. Si l’étanchéité sonore est perfectible, le plaisir de conduite reste intact quel que soit le terrain de jeu. D’excellente facture et au dessin dynamique, sa robe bleue Scuba et sa capote grise rendent l’ensemble élégant et confirment que l’Audi A3 Cabriolet est une voiture premium de haut vol. On regrettera tout de même l’interminable liste d’options dont souffre le catalogue Audi.

[divider]

Changez une lettre et voyagez dans un autre monde

Transformez le A en S et vous aurez entre les mains une superbe Audi. S’il ne s’agit là que d’une rapide prise en main, plus que d’un véritable essai, il ne m’a pas fallu beaucoup de temps pour comprendre que j’avais entre les mains une voiture redoutable. 4-cylindres 2.0L TFSI quattro de 300ch. Si la puissance est presque deux fois supérieure à celle de l’Audi A3 Cabriolet, tout n’est pas qu’affaire de puissance. La motricité de cette Audi S3 Berline est surréaliste. Évidemment, cela est dû au système quattro. Les relances sont d’une vivacité qui m’ont rappelé le doux souvenir de la RS6.

L’ADN sportif de la marque aux quatre anneaux est bien présent. Les éléments distinctifs ne sont pas pour autant ostentatoires, à l’exception des quatre sorties d’échappement, qui exhalent un rugissement contenu mais à la mélodie rauque et envoûtante. Abattant le 0-100 à 4,9 secondes, la boîte S-Tronic 6 permet une très bonne utilisation des 380Nm de couple disponibles de 1800 à 5500 tr/mn. Disponible à partir de 49 000€, cette Audi S3 Berline semble offrir à ses cinq passagers possibles beaucoup de plaisir. Affaire à suivre…

[divider]

myAudi

Cet essai fut également l’occasion de découvrir le programme de fidélisation de la marque allemande. Prénommé myAudi, il concerne tous les clients Audi (possesseurs d’une Audi neuve ou d’occasion). Plus qu’un simple suivi de satisfaction, il s’agit de programmes qui ont pour but de garder un contact étroit et personnel avec les clients de la marque. D’une sortie au théâtre à ce voyage aux Canaries (pour les membres myAudi Excellence propriétaires d’un modèle de la gamme S, RS ou R), les opportunités de vivre des expériences Audi sont diverses. Concerts, avant-premières, évènements exclusifs, les occasions foisonnent ! On peut saluer cette démarche rare.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Remerciements
Merci à Audi France pour cet essai. Bravo à Sophie, qui gère avec créativité et dévouement le programme myAudi, et à Guillaume, mon co-pilote et l’unique geek au monde sans téléphone portable. Enfin, merci à William Crozes qui, avec patience, m’a inculqué de précieuses notions de traitement photo.       

4 Commentaires

  1. Christophe 17 août 2014 à 22:37

    Les photos sont magnifiques. Comment s’appel ce bleu chez Audi ?

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram has returned invalid data.