Essai : Audi A4 Avant

C’est aux alentours d’Aix-en-Provence, dans les magnifiques Gorges du Verdon que nous avons pu faire connaissance avec la neuvième génération de l’Audi A4.


Audi 80 (B1) 1972

 

De l’Audi 80 à l’Audi A4

12 millions d’unités se sont vendues entre 1972, la naissance de l’Audi 80 (B1) et l’arrivée de l’Audi A4 (B9). C’est vraisemblablement l’un des modèles les plus vendus par la marque aux anneaux. Ce modèle a forgé son succès et fait sa renommée sur des avancées technologiques toujours marquantes, à l’image de la fameuse direction auto-stabilisatrice de l’Audi 80 qui lui valut le Prix de la Voiture de l’Année 1973. 43 années plus tard, le modèle à changé de nom (1994), mais garde cette volonté d’aller chercher l’équilibre entre confort, sécurité et technologie.


Pour le style, avantage à l’Avant

Déplacez le curseur pour comparer la Berline à l’Avant.

Indéniablement, le marché français a une préférence pour la version Avant, comprenez « Break » de l’Audi A4. Ce plus grand format représentait 66% des ventes.

Audi-A4-Avant-8

En abandonnant le format tri-corps, le style Avant affiche un style plus fluide voire même plus dynamique. On retrouve la signature lumineuse si propre à Audi avec désormais ces optiques avants dotés d’une double griffe qui donne à l’Audi A4 un regard fin, mais agressif. La calandre chromée, quant à elle, apporte une touche élégante au modèle.


interieur-Audi-A4-Avant-18

Un intérieur riche…en technologies

Bien évidemment, l’Audi A4 se dote du nouvel intérieur Audi Virtual Cockpit. Toutes les informations sont disponibles là où se trouvaient avant les compteurs de vitesse. Devenus des écrans digitaux, ces compteurs peuvent afficher toutes les informations relatives à la voiture, à la navigation, au téléphone ou encore la musique.

Contrairement aux Audi TT et R8, le Virtual Cockpit se voit offrir le support d’un second écran, déporté au centre de la console qui peut, lui aussi, afficher toutes les informations disponibles. Non rétractable -au grand dam de certains- il permet aussi à l’Audi A4 d’afficher la technologie Audi Smartphone Interface et – via la techno CarPlay/Android Auto – permet de retrouver certaines de vos applis indispensables sur cet écran.

Ajoutez à cela l’application Audi MMI qui – via Audi Connect – permet de gérer à distance via son téléphone l’ouverture/fermeture de la voiture, le chauffage stationnaire, la géo-localisation de votre voiture ou encore la musique et la navigation. Si bien sûr, ces technologies sont gourmandes en batterie, l’Audi Phone Box – le chargeur par induction – sera capable de recharger votre téléphone sans fil.

interieur-Audi-A4-Avant-16

L’arrière, quant à lui, n’est pas en reste car la familiale offre la possibilité de s’équiper de tablettes qui permettent d’accéder aux médias ou encore de naviguer sur internet. Cependant, la technologie ne s’arrête pas là ; les aides à la conduite sont nombreuses et à un niveau très avancé.

En effet, Audi dote très richement ses véhicules en aides à la conduite, mais ces dernières se sont vues upgradées à un niveau jusqu’alors jamais vu sur un modèle de ce segment.

interieur-Audi-A4-Avant-20

Sur cette photo se cachent beaucoup plus de technologies qu’il n’y parait…

L’ACC, le régulateur de vitesse adaptatif ne se contente plus de réguler sa vitesse en fonction de la voiture de devant ou d’être autonome dans les embouteillages, mais peut désormais, en cas de risque de choc frontal choisir la voie d’évitement disponible. En cas de risque de choc par l’arrière, l’Audi Pre Sens actionnera immédiatement les freins pour éviter le sur-accident ainsi que le pré-serrage des ceintures. Une vraie bulle ultrasonique entoure la voiture.

En ville, cette fameuse bulle ultrasonique permet également de sauvegarder les autres usagers de la route en limitant au maximum les erreurs d’étourderies ou les mauvaises prises d’informations. En effet, quelque soit la position de la voiture, les radars peuvent détecter les véhicules qui sont en approche et qui risqueraient de se télescoper avec la nouvelle Audi A4 (ou Q7 également équipé de ces technologies).

Audi-A4-Avant-7

Bien sûr, il s’agit d’options payantes qui, misent bout à bout, alourdissent la facture de près de 5000€. Toutefois, on veillera à ne pas perdre pour autant le réflexe de regarder partout car – à l’image de l’homme – la technologie n’est pas infaillible.

Cependant on ne peut qu’approuver ce type d’initiatives, la voiture est alerte à tout ce qui l’entoure et rend plus sûr les environnements urbains qui sont complexes ou les zones à fort risques d’étourderies que sont les autoroutes.


Audi-A4-Avant-15

Une cure d’amaigrissement

Avec toute cette technologie embarquée et sa silhouette qui grandit encore, on est en droit de s’attendre à une Audi A4 plus lourde que la précédente. Et bien non, c’est un peu plus de 100kg que perd cette 9e génération. C’est la stratégie du gramme qui a été adoptée pour arriver à ce résultat. Effectivement, à force d’économie de poids même minime, le résultat est plutôt impressionnant : 110 kg pour la Berline, 120 kg pour l’Avant.

Nuance cependant, un gros morceau du calcul de ces 110/120 kg prend en compte :

  • une perte de 30kg qui ne s’applique qu’au bloc 1.4L TFSI 150
  • une perte de 16 kg qui s’applique qu’à la boîte mécanique

Néanmoins, sans rentrer dans le détail des 18 points de la voiture qui ont été modifiés pour en arriver à ce résultat, on peut résumer la perte de poids essentiellement à l’utilisation de l’aluminium dans la structure de la voiture, dans le système de suspension ou encore la direction assistée. Audi est même allé chercher 200 grammes en modifiant la structure du tapis de sol de la malle arrière.


Audi-A4-Avant-6

Une routière bien urbaine

À son volant, le confort est d’un niveau excellent et les aspects dynamiques de la voiture sont bons. La technologie est bien présente, mais reste discrète : les intrusions des aides sont surtout visuelles (sonores seulement en situation d’urgence) donc finalement contenues. En situation urbaine, malgré une longueur de 4,73m et une largeur de 1,84m on prend rapidement le gabarit en main et la visibilité est plutôt bonne.

Disponible en 7 motorisations allant de 150 à 272ch, il faudra tout de même préférer le bloc 3.0L TDI (218 ou 272) pour un comportement qui a de la trempe, car il faut l’admettre : si l’Audi A4 est irréprochable sur beaucoup de points elle a laissé sur le banc de touche l’affirmation de son caractère.


 

On aime : 

– Sa riche dotation technologique ;

– Sa perte de poids.

On aime moins : 

– Le manque de caractère des motorisations ;

– La trop longue liste d’options.


 

Commenatires

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être