Essai : Lexus NX 300h

« L’objectif pour le NX était de développer un SUV Premium au design extérieur et intérieur séduisant, faisant naître l’émotion tout en offrant un niveau élevé de performances. Et plus concrètement, nous avons voulu que le NX soit aussi facile à vivre au quotidien que pour les loisirs actif du weekend. »

Takeaki Kato, Ingénieur en chef du Lexus NX.

Essai_nouveau_Lexus_NX_300h-7Un look tranchant

Lexus s’offre une veritable identité visuelle forte avec ce nouvel SUV Premium. Le dessin, il faut l’admettre, est très futuriste mais ne manque pas d’originalité, de nervosité ni d’équilibre. Contrairement à la Lexus CT 200h où l’arrière tranchait vraiment avec l’avant, c’est un ensemble cohérent que nous présente Nobuyuki Tomatsu, le responsable du design extérieur. L’on retrouve un ensemble sportif voire agressif et taillé à la serpe. Le bouclier avant est imposant avec sa calandre trapézoïdale béante : signe distinctif du constructeur. Le nouveau Lexus NX 300h est caractérisé par une ceinture de caisse haute, carrée et aux angles marqués ainsi que des surfaces vitrées relativement fines, arrondies et douces. Ce contraste rend le style du Lexus NX 300h inimitable et – il faut l’admettre – singulier pour ce segment. Enfin, les optiques sont effilées et également vecteur de l’identité Lexus avec la signature en L maintenant bien établie chez le constructeur nippon.

Essai_nouveau_Lexus_NX_300h-19

Aux portes du premium

Le nouveau Lexus 300h affiche clairement ses ambitions, se battre dans la cour des SUV Moyen Premium. Si son look très atypique est un atout fort pour le dernier né de la marque, le Lexus NX pèche par un intérieur encore largement perfectible. Si les matériaux nobles sont choisis et utilisés avec soin – à l’image du bois Shimamoku issu des pianos de concert ou les sièges en cuir, perforés, chauffés et ventilés – l’intérieur du Lexus NX 300h souffre encore beaucoup de l’omnipresence de plastiques de mauvaise qualité, du moins à la perception très discutable. C’est une erreur dramatique puisque par ailleurs, le Lexus NX 300h est très bien doté, notamment d’équipements inédits à l’image du chargeur de smartphones sans-fil (protocole Qi pour les intimes), d’un boitier Hot-Spot WiFi ou encore d’un affichage tête-haute. En outre, viennent se glisser quelques bonnes astuces comme un miroir de courtoisie amovible ou encore le revêtement anti-dérapant des portes-gobelets qui permet une ouverture a une main des bouteilles qui y sont disposées. Enfin, le système multimédia est complet, la nouveauté réside dans l’arrivée de la commande RTI (Remote Touch Interface), un pavé tactile sensitif très bien pensé et l’installation d’un système audio haut de gamme Mark Levinson (filiale du groupe Harman). En définitive, le chemin est encore long pour venir sévèrement concurrencer – à ce niveau – ses rivales allemandes.

A son bord ?

Le système hybride permet une utilisation « full-electric » très restreinte de seulement 2-3 km si l’on reste en deçà des 50 km/h, il faut appréhender les systèmes moteurs comme un seul et même groupe motopropulseur quasiment non débrayable. Dans ces conditions, le Lexus NX 300h s’avère être un bon SUV citadin. Sa boite E-CVT a l’avantage d’offrir un ensemble très linaire à l’abris des a coups.  Cependant le nouveau Lexus NX 300h n’est pas un sportif – même pour la finition F SPORT (équipée de palettes au volant pas vraiment utiles et aux suspensions trop fermes pour être confortable) – puisque bien sûr la boite CVT rend assourdissant et impossible toute tentative sportive. Définitivement le ramage ne se rapporte pas à son plumage et sa prise de roulis dans les virages vient également nous le rappeler. Si l’on gagne en moyenne 0.5L au 100km par rapport à ses concurrentes (Audi Q5 et BMW X3 notamment) l’on perd allègrement quelques secondes d’accélérations. Cependant, annoncé à 39 590€, sur la bataille du prix le nouveau Lexus NX 300h gagne haut la main.

Sous le capot

  • Moteur thermique : 4-cylindres en ligne 2494 cc
  • Puissance du moteur thermique : 155ch à 5700 tr/min
  • Couple du moteur thermique : 210 Nm de 4200 à 4400 tr/min
  • Moteur électrique : 143 ch (+ 1 moteur électrique de 68ch si AWD)
  • Puisse cumulée : 197ch

Les + : le très haut niveau de technologies embarquées, le design extérieur et une forte identité.

Les –  : un intérieur encore trop incertain, un comportement anti-sportif et sa boite CVT.

Commenatires

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram has returned invalid data.