Essai : Mazda 3 Berline

Mazda est un constructeur qui a su se remettre au gout du jour avec style. Grâce à son désigne KODO – ou l’art de s’inspirer de la nature pour définir les lignes de caisse – la Mazda 3 Berline affiche une ressemblance flagrante avec sa grande soeur : la Mazda 6. C’est une ligne dynamique que propose cette Mazda 3 Berline sans pour autant afficher trop d’agressivité. Un regard et une calandre taillés à la serpe, mais pour le reste, point d’extravagance : des lignes fluides rivées vers l’avant. Les feux diurnes rajoutent une touche perçante à ces feux déjà captivants. L’arrière est moins extravagant ; plus en rondeur, peut-être un peu simple. Cependant l’ensemble est très réussi et pour un format de caisse tri-corps ça a le mérite d’être remarquable.

Mazda_3_Berline-11

L’intérieur, quant à lui brille par sa richesse. Équipé de sièges en cuir perforé et chauffants, l’habitacle est accueillant. Truffé d’aides à la conduite : l’équipement de la Mazda 3 Berline est fourni. En effet, la finition haute gamme « Sélection » dotée d’un nombre conséquent d’équipements de série. L’affichage tête-haute saute évidemment aux yeux, mais les aides à la conduites sont nombreuses : avertissement d’angle mort et de franchissement de ligne blanche, mais aussi régulateur adaptatif ou encore pleins phares automatiques. Truffé d’aides donc, la Mazda 3 Berline fourmille de voyants et autres boutons dont la manipulation est simple. Deux ombres au tableau subsistent : le trop grand nombre de fonctionnalités au volant qui demande un sacré temps d’adaptation et le système de plein phares automatiques dont la réactivité est discutable. Enfin, l’habitabilité est excellente, la Mazda 3 Berline est généreuse en espace avec un coffre profond et des places arrières très convenables. En terme de divertissement et multimédia, la Mazda 3 Berline est bien dotée, le système GPS utilise la technologie Tom-Tom qui est bien faite. Sans trop d’extravagances l’interface multimédia est complète à l’image des deux ports USB qu’accueille l’accoudoir central.

Mazda-3-Berline-1

A son volant, la Mazda 3 Berline est souple. Monté sur la plateforme Skyactiv, le moteur diesel de 2.2L offre 150ch et un certain dynamisme à l’ensemble. La boite mécanique à 6 rapports permet de tirer parti de chacun des chevaux du moteur Skyactiv-D. Précise et bien étagée, le guidage est perfectible surtout si l’on est habitué à l’excellence de la boite de la MX-5. Aucune faute par ailleurs, la direction est précise, les trains roulants sont sains. Les allures peuvent même s’avérées vives notamment grâce à la générosité des 380 Nm du moteur. La Mazda 3 Berline est bien suspendue et rend les voyages confortables bien qu’encore un peu bruyant (mais rien de grave).

En définitive, la Mazda 3 Berline est vraiment surprenante par la générosité en espace et en équipement dont elle fait preuve. Son dessin très réussi augmente son capital sympathie et en fait une sérieuse concurrente sur son segment.

2 Commentaires

  1. damien 21 septembre 2014 à 16:42

    Mazda n’a pas reconduit le système GPS Tom Tom sur la 3… A part cela, au vu du commentaire sur le guidage, ne l’ayant pour l’instant essayée qu’en boite auto, je suis de plus en plus impatient de la prendre en main en boite manuelle. Et je reste fan de la version bicorps.

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram has returned invalid data.