Essai Mazda MX-5 2013 : sous le soleil

3ème version qui passe à l’essai sur Contreappel, ce modèle de MX-5 a subit une très subtil relooking pour 2013. Doté du moteur 2.0L de 160ch, cette petite sportive en a conquis plus d’un, a mon tour de me faire une opinion.

GDB_S01E05_Viinz_Mazda_Mx-5_2013_12

 

Extérieurement, rien de très nouveau par rapport aux autres versions. Derrière son petit gabarit ce cabriolet ne manque pas de caractère. Tout en rondeur sans pour autant être trop féminin, le design de la Mazda MX-5 reste fidèle aux précédentes versions avec notamment ce long capot légerment bombé et ce mini cockpit. Le modèle 2013 offre de petites ailettes à l’avant qui viennent augmenter l’aspect déjà sportif de la voiture.
[row] [col width= »three »] GDB_S01E05_Viinz_Mazda_Mx-5_2013_38 [/col] [col width= »three »] GDB_S01E05_Viinz_Mazda_Mx-5_2013_41 [/col] [col width= »three »] GDB_S01E05_Viinz_Mazda_Mx-5_2013_36 [/col] [col width= »three »] GDB_S01E05_Viinz_Mazda_Mx-5_2013_7 [/col] [/row] L’intérieur est quant à lui sobre et sans superflu.  La version essayée était toute recouverte d’Alcantara et de cuir ce qui est du plus bel effet. Le design général est sobre – peut-être même un peu strict – et depuis le poste pilotage tout tombe sous la main ce qui la rend ergonomique et pratique. Seule le bouton d’ouverture de la trappe à essence, situé dans la trappe centrale fait défaut à cette ergonomie. Si de nombreux rangements sont à disposition dans ce mini-intérieur l’on regrettera quelques malfaçons qui – parfois – peuvent nuire au bon fonctionnement des rangements et garder en otage vos précieux objets pourtant soigneusement rangés. Le poste de conduite est agréable, les baquets sont confortables et offrent un bon maintient. Le volant, non réglable en hauteur est un réel défaut en revanche. Enfin, son coffre demande une certaine maîtrise de Tetris mais offre une belle capacité de chargement pour un cab. Si l’on peut passer vite sur le design et l’intérieur de la MX-5, son comportement mérite amplement qu’on s’attarde dessus.
[row] [col width= »four »] GDB_S01E05_Viinz_Mazda_Mx-5_2013_25 [/col] [col width= »four »] GDB_S01E05_Viinz_Mazda_Mx-5_2013_21 [/col] [col width= »four »] GDB_S01E05_Viinz_Mazda_Mx-5_2013_29 [/col] [/row]

En ville : agile grâce à son gabarit, la MX-5 sait se montrer civilisée et discrète. Son moteur offre assez de souplesse pour rendre les escapades citadines du plus bel effet si en plus vous bénéficiez d’un soleil radieux.

Sur autoroute, rouler décapoté peut en effrayer certains, l’expérience s’est pourtant avérée concluante, l’écoulement de l’air se fait bien et les turbulences sont pas si fatigantes.

Sur route (fermées) : la Mazda MX-5 est sur son terrain de jeu préféré et révélera toutes ses capacités. Incisive, elle s’inscrit en courbe très facilement et permet des passages de courbes très rapides. Son pont arrière auto-bloquant travaille en ce sens bien sûr. Sa boite de vitesse, très courte permet des passages de rapports en un éclair (on se croirait dans une Formule 1) et rend cette bombinette encore plus efficace.
[row] [col width= »six »] GDB_S01E05_Viinz_Mazda_Mx-5_2013_1 [/col] [col width= »six »] GDB_S01E05_Viinz_Mazda_Mx-5_2013_27 [/col] [/row]

La Mazda MX-5 brille par sa bi-polarité.

A la fois :

– agréable au quotidien, elle offre beaucoup de plaisir et de souplesse,

– redoutable sur routes (fermées ou pas), elle est sacrément efficace.

Enfin, et de manière plus personnelle, c’est l’une des voitures les plus agréables qu’il m’a été donné d’essayer.

Commenatires

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram did not return a 200.