Essai : Mercedes Classe-G

Dans l’Automobile il y a des monuments au statut d’Icône indéboulonnable. C’est le cas du Mercedes Classe G. Grand amateur de franchisseurs, l’essai du Mercedes Classe G vient parfaire mon éducation en la matière. C’est en marge du Salon de Francfort que l’on fait la connaissance avec ce 4×4 dont l’ambivalence en a fait un acteur majeur du marché.

Son histoire

La conception du Mercedes Classe G s’est faite entre l’Allemagne et l’Autriche au milieu des années 70. En effet, une fois l’idée d’un véhicule tout-terrain née dans les bureaux de Daimler-Benz à Stuttgart, il fallait rendre ce véhicule apte à des missions aussi bien militaires que civiles ou encore industrielles. C’est auprès du spécialiste autrichien Steyr-Daimler-Puch et fondateurs des redoutables Pinzgauer que sera alors finaliser le projet du Classe G en 1975. Après 4 années de mise au point le premier Mercedes Classe G sort d’usine en 1979. Bien que fortement encouragé par des commandes militaires, le Mercedes Classe G s’est surtout vendu pour des usages civils avec jusqu’alors plus de 175 000 unités vendues.

Mercedes-Classe_G-2015-11

Des modèles spéciaux

« Otto » le Classe G Recordman

Mercedes-Classe_G-2015-2

« Otto » c’est le surnom qu’un homme : Gunter Holtorf, a donné à son Mercedes Classe G qui fut son compagnon de route pendant 26 ans soit 900.000 km dont 250.000 km de off-road à travers 215 pays. Il est entièrement d’origine à l’exception de ressorts de suspensions renforcés et d’amortisseurs ‘off-road’.

Classe G Paris-Dakar

1982, Jacky Icxk et Claude Brasseur remettent Mercedes au sport automobile en France. Après l’accident de 1955 au Mans, la marque à l’étoile avait disparu des écrans. Elle fait son grand retour avec le Mercedes Classe G. Après une honorable 5e place en 1982, le duo franco-belge transforme l’essai l’année suivante et remporte l’édition de 1983. La réputation du Mercedes Classe G n’était plus vraiment à faire.

Classe G 500 4×4 Squared

Démesuré est un terme qui sied bien au monstrueux Mercedes Classe G « Squared » (« au carré »). Petit frère du gigantesque Mercedes-AMG G 63 6×6, le Squared offre une garde au sol de 43,8 cm, un angle d’attaque de 47° et un passage de gué de 100 cm. Animé par le V8 bi-turbo 4.0L qui sort 433ch pour 610Nm de couple : il semble assez increvable.

…sans oublier que même le Pape roule en Mercedes Classe G.


Mercedes-Classe_G-2015-5

Un style inimitable

Le dessin du Mercedes Classe G est assez reconnaissable et surtout presque inchangé depuis 1979. Très carré, il adopte tout d’abord un style simple permettant d’avoir de grandes surfaces vitrées très utiles pour la pratique du franchissement. Par ailleurs, ses panneaux en tôles avaient initialement pour vocation de rendre le Classe G simple à fabriquer pour les pays faiblement équipés en outils de tôlerie, mais également de rendre sa maintenance plus commode.

Cependant pour 2016, le Mercedes Classe G adopte un nouveau pare-choc à l’avant avec des ouïes de prise d’air plus importantes permettant une meilleure circulation des flux d’airs, mais le catalogue accueille aussi cinq nouvelles couleurs très flashy : un jaune (solarbeam), un orange (sunsetbeam – ma préférée), rouge foncé (tomatored), vert fluo (aliengreen) et violet (galacticbeam).

Si ça paraît minime comme changement, ça rend le nouveau Mercedes Classe G beaucoup plus fun et surtout collector.


Mercedes-Classe_G-2015-33

Dans le paysage urbain

C’est sans doute dans un univers très urbain que vous avez dû croiser le plus de Mercedes Classe-G. En effet, malgré un nom sans équivoque (Le Classe G porte la lettre G pour « Geländewagen » qui veut dire « Tout-terrain »), il est plus souvent utilisé comme 4×4 de luxe que baroudeur. Pourtant loin d’avoir bénéficié du cahier des charges d’un SUV, le Classe-G offre un bon agrément de conduite sur route bitumée. Son poids se fait encore bien ressentir et la lourdeur de ses trains roulants est indéniable, cependant le Classe G ne démérite pas et les versions AMG s’offrent même le luxe d’être très véloces. Avec le Cx d’une armoire normande, les bruits d’airs sont assez présents mais le luxe ambiant nous fait rapidement oublier que l’on est à bord d’un redoutable franchiseur. Cuir, sièges chauffants, ventilants et aux réglages très nombreux, l’on est très vite à l’aise.

En ville – et même si il se manie très bien – l’on se rend compte que sa conception initiale est tournée vers le franchissement. Les larges surfaces vitrées offrent une excellente visibilité vers l’avant, mais la visibilité arrière est complètement bouchée avec la roue de secours et sa petite lucarne. Pas d’inquiétudes cependant, vous conduisez un monstre de 2,7 tonnes ; ce sont les autres qui se méfieront de vous.


Mercedes-Classe_G-2015-42

Dans la boue !

C’est évidemment ce qui est le plus intéressant. La réputation du Classe G est assez ambigüe finalement avec cette fameuse ambivalence qui règne autour de lui : très présent en ville et pourtant réputé bon franchisseur. Il est temps de lever le doute :

Le Mercedes Classe G est un excellent franchisseur.

La météo allemande n’ayant pas épargné notre terrain de jeu situé aux abords de Francfort, c’est donc sur un terrain gras et boueux que vont se déroulés ces essais. Au programme, les tests habituels de grip latéral, de monté, descente, croisements de ponts, passage de gué et – ce qui est plus rare – passage de rochers. Le résultat est sans équivoque possible. Avec sa boîte courte et ses trois blocages de différentiels de série (central, arrière et avant) plus rien ne l’arrête si ce n’est la physique et les pneumatiques.

Sous le capot, la motorisation est généreuse avec notamment un nouveau bloc V8 Bi-turbo disponible de 4.0L qui offre 422ch (+9%) et 610Nm (+15%) tout en offrant une réduction de 17% de la consommation.


Mercedes-Classe_G-2015-45

Mercedes-Classe_G-2015-41

Mercedes-Classe_G-2015-48

Mercedes-Classe_G-2015-27

 

2 Commentaires

  1. Patrick 7 novembre 2015 à 16:54

    Un super reportage pour un Mercedes hors du commun. Merci.

  2. Nicolas 29 décembre 2015 à 00:52

    Voilà la voiture idéale pour moi, et pour tout faire ! J’ai un faible pour la Brabus ! lol

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram did not return a 200.