Essai : Mercedes E63 AMG S 4MATIC

Ma « première » confrontation avec les versions AMG de Mercedes m’avaient laissé un peu pantois. Avant l’essai de la classe A45 AMG, j’avais eu l’occasion d’en voir tourner quelques unes sur le circuit Bugatti et – de prime abord – elles me semblaient que très moyennement athlétiques.

Mercedes-AMG-S-E63_Exterieur-8

La Mercedes A45 AMG m’avait déjà conquis avec sa tenue de route bluffante et déçu par un intérieur à l’ergonomie douteuse et au niveau d’équipement discutable. A l’occasion de notre essai groupé de Noël avec le Garage des Blogs j’ai donc eu l’occasion de tester l’un des vaisseaux amiral de la marque à l’étoile : l’incroyable Mercedes E63 AMG S (en version 4MATIC puisque c’est l’hiver).

Apparences trompeuses

A vrai dire, la Mercedes E63 AMG a une destinée bâtarde qui vise à atteler une charrue à un pur-sang. En effet, derrière ses 585ch se cache un break. Un long break de 5m (4891mm) à la ligne assez peu dynamique. On retrouve cependant une certaine agressivité dans le regard avec une calandre très dynamique et un diffuseur avant qui reprend le dessin des lames avant de F1. Une ligne de style vient – malgré tout – diminuer l’effet massif que ce break familial donne au premier abord. Les rétroviseurs en carbone et les quatre pots d’échappement à l’arrière finiront de lever le doute quant à ce qui se cache derrière. De part et d’autre du logo à l’étoile proéminent, deux phares Xénon bordés de LED sont de vraies prunelles. Il en va de même pour les phares arrières d’apparence moins sophistiqués et pourtant tout aussi élégants. 

En définitive, on pourrait croire que sa forme break briderait son style, mais la Mercedes E63 AMG S 4MATIC gagne en élégance et sobriété.

mercedes-benz-e-63-amg-s-4matic-interieur-21

Le grand écart

Il est très difficile de juger dans sa globalité l’intérieur de la Mercedes E63 AMG. En effet, dans ce spacieux habitacle se confrontent des mondes différents. Les points positifs de cet intérieur frisent la perfection là où certaines imperfections sont incompréhensibles. Par exemple : la console centrale beaucoup trop complexe qui côtoie la perfection d’un volant en cuir et alcantara au touché parfait ou encore la finesse des réglages des organes vitaux de la voiture via des boutons d’un autre temps. Cependant, on passe un bon moment à son bord, notamment grâce aux sièges qui offrent des prestations dignes d’un spa. Équipés de renforts latéraux dynamiques, les sièges adaptent leur maintien à l’accélération latérale. Chauffants, ils sont aussi ventilants et – cerise sur le gâteau – massants! Cette dernière spécification réduit considérablement les effets de la fatigue que l’on peut ressentir lors de long trajet. Quant au système de ventilation, il permet d’éviter le coup de chaud que le cuir pourrait engendrer. A l’intérieur de la Mercedes E63 AMG S, on se rappelle que Mercedes est vraiment devant ses concurrents en matière de confort toutefois on a hâte que le système multimédia soit vite remplacé car – et c’est son vrai défaut – il est impraticable.

L’intérieur, malgré quelques imperfections, laisse une excellente impression au conducteur. Les sièges massants sont un vrai atout séduction.

Mercedes-AMG-S-E63_Exterieur-11

Une fusée

On s’y attendait un peu, mais la Mercedes E63 AMG S 4 MATIC a des accélérations plus proches de l’avion de chasse que de l’automobile. Le système 4 MATIC offre une motricité sans faille et malgré un moteur bi-turbo, l’accélération est très linéaire notamment grâce à un couple démoniaque de 800Nm dont la courbe est magiquement plate tout au long de la plage d’utilisation du moteur. Très rapide, la Mercedes E63 AMG s’avère très facile à dompter et capable de nous projeter a des vitesses astronomiques. Son terrain de jeu reste cependant loin du circuit, elle sera plus à l’aise sur de grandes routes aux courbes amples, sans pour autant être mal à l’aise dans les épingles. A ses commandes, on constate que les trains sont bien sûr sains. L’avant est agile couplé à une direction à la vivacité variable en fonction du mode choisi : Confort, Sport, Sport + et Manuel. Le raideur de l’ensemble se voit également modifier à un niveau variable que le bouton de pilotage des suspensions permet de gérer. Enfin, un raccourci permet de passer l’ensemble en Sport + et suspension au plus ferme : le bouton « AMG ». Le train arrière suit facilement la cadence imposée par le V8, mais – victime du poids de l’ensemble – n’ira pas jusqu’à être leste ou joueur. Pas de crainte au niveau de freinage, son poids – pourtant conséquent – n’altère pas l’endurance du freinage; il est puissant et endurant. Pensez à débrancher les sièges adaptatifs qui – en conduite sportive – ont tendance à annihiler les sensations de placement de la voiture. Enfin, la boite est très bien étagée, les rapports – assez longs – permettent de larges plages d’utilisations. Sensible au mode engagé, la vitesse de passage des rapports est très rapide en mode automatique, mais les palettes un peu déceptives.

Fiche technique :

  • Moteur : 8 cylindres en V 5461 cm³ 32 soupapes Turbo
  • Puissance Maxi : 585 ch à 5500 tr/min
  • Couple Maxi : 800 Nm à 2000 tr/min
  • 0 à 100 km/h : 3.6 secondes
  • Boite de vitesses : Automatique à 7 rapports
  • Pneus : 255/35/19 AV – 285/30/19 AR
  • Freins Av : Disques ventilés étriers fixes 6 pistons
  • Freins Ar : Disques ventilés étriers fixes 4 pistons
  • Dimensions : 4891 x 1873 x 1442 mm
  • Capacité Réservoir : 80 litres
  • Prix de base : 138450 €

Commenatires

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram has returned invalid data.