Essai : Seat Leon Cupra 280

Direction le sud de la France et plus précisément Le Castellet pour l’essai de la version survitaminée de la Seat Leon. À la fois germanique et latine, la Seat Leon Cupra 280 semble prometteuse et a mis la barre très haute. En s’offrant le luxe de marcher sur les plates-bandes de la Renault Mégane RS – notamment en s’attaquant au chrono établi par la française sur le Nurburgring – la Leon affirme sa volonté de conquête.

Essai_Seat_Leon_Cupra_280-2

Extérieurement, le dessin est très dynamique avec des arrêtes nettes et saillantes. On retrouve la signature stylistique de la marque avec une ceinture de caisse haute et plongeante ainsi que deux lignes de caisses partant des feux qui musclent l’ensemble. Des feux full-LED de série sur la version Cupra 280 confèrent quant à eux à la Seat Leon Cupra 280 un regard agressif. Extérieurement les détails propres à cette version 280 sont nombreux sans être ostentatoires :

  • Jantes 19″ « Titanium » ;
  • Ouïes d’aération sous la calandre ;
  • Spoiler à l’arrière ;
  • Rétroviseurs contrastés noirs ou blancs ;
  • Suppression des feux anti-brouillard au profit de voies d’aération plus grandes ;
  • Badge Cupra sur la calandre et l’inscription en toutes lettres sur la malle ;
  • Étriers rouge vif siglés « Cupra » ;
  • Double sortie d’échappement ovale.

 

L’intérieur quant à lui bénéficie du savoir-faire germanique et offre une bonne finition. Sobre et dynamique, l’intérieur est bien équipé de série. Si le dessin de la planche de bord manque de sophistication, la version Cupra 280 se voit gratifiée de quelques appendices propres à cette version qui  rendent l’intérieur un peu plus séduisant. Des sigles « Cupra » viennent se greffer sur le nez plat du volant, le pommeau de vitesse, les pas de portières et les sièges enveloppants. L’assise est confortable mais un maintien plus ferme n’aurait pas été superflu. Des baquets plus sportifs seront toutefois disponibles en option.

 

 

Nouveauté chez Seat, la Leon Cupra 280 se voit dotée d’un bouton que certains reconnaîtront : Seat Drive Profil. Similaire à l’Audi Drive Select, la Leon Cupra 280 offre 4 niveaux de réglage : Auto, Sport, Cupra et Individual.  Ces différents modes agissent directement sur le comportement de la voiture. Ils modifient la fermeté de la direction, le comportement des suspensions pilotées (DCC), influe sur les largesses de l’ESC, l’ASR ainsi que la sonorité et les passages de vitesses (DSG 6 seulement). Équipée d’un différentiel VAQ à embrayages, la motricité est au rendez-vous. Correctement équilibrée, la puissance passe au sol, bien que l’arrière soit légèrement leste. Elle devient plus joueuse.

Essai_Seat_Leon_Cupra_280-13

La direction est franche et le train incisif, notamment grâce aux voies avant plus larges que les voies arrière. Cette « asymétrie » rend la direction très bonne.

Le moteur 2.0L 4-cylindres en ligne permet d’abattre le 0 à 100 en 5,7 secondes. Allégée de 75 kg par rapport à la précédente Leon Cupra, elle gagne près d’une demi-seconde sur cette accélération. Le freinage pour sa part manque d’agressivité, en conduite dynamique il faut aller le chercher loin pour tirer parti des disques pourtant bien dimensionnés.

Au quotidien, la Leon Cupra 280 se comporte avec calme et maîtrise. La boîte DSG-6 sait rendre la voiture silencieuse et optimiser la consommation.

1 Commentaire

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram has returned invalid data.