Essai : Volvo XC90

En 2002 naissait le Volvo XC90. 636000 exemplaires et 12 ans de commercialisation plus tard, voit le jour la seconde génération du SUV suédois. Depuis l’entreprise a été rachetée par Geely pour 1.8 milliards de dollars. Le nouveau Volvo XC90 est le premier rejeton de cette nouvelle union.

Nouveau-Volvo-XC90-Exterieur-1

Partis d’une feuille blanche

Le nouvel XC90 n’a de commun avec l’ancien modèle que le nom. En effet, si le style suédois du SUV est reconnaissable, force est d’admettre que les concepteurs du modèle sont partis d’une feuille blanche pour donner naissance à ce modèle. Plus long de 14cm, plus bas de 1cm et plus large de 3cm, c’est aussi un régime de 125kg qu’a subi le nouveau Volvo XC90. Plus léger, plus long, il reprend les lignes des concepts présentés aux salons précédant son lancement en 2014 à Stockholm.

Une silhouette plus fine

Ce qui frappe en premier lorsque l’on aperçoit le nouvel XC90 en vrai, c’est que malgré une taille imposante, ses traits sont fins. Avec des ailes plus fines et des surfaces vitrées généreuses, le nouvel XC90 gagne en délicatesse. Pas de lignes agressives ni saillantes, simplement une nouvelle calandre béante et une signature visuelle intéressante.

Une signature visuelle

L’un des aspects spécifiques d’une Volvo date de la robuste 850 Break. Ce sont les feux arrières verticaux. Représentatifs de la marque au sex-symbol masculin (si, si, regardez bien le logo !), ces feux sont bien sûr conservés pour ce nouveau Volvo XC90. Arrive également une nouvelle signature visuelle qui a fait couler beaucoup d’encre, les fameux « marteaux de Thor ». Objet du premier teasing annonçant la sortie du SUV, ces feux avants firent leur apparition à Francfort en 2013 sur le Volvo Concept Coupé. Conservés sur la version actuelle du XC90, ils participent à l’effet de rupture que provoque le XC90 sur le marché des SUV Premium où l’Allemagne règne en maître depuis plusieurs années.

Nouveau-Volvo-XC90-Interieur-1

Dans le plus pur style Suédois

Épuré. Là encore c’est ce qui saute aux yeux lorsque l’on entre à bord du nouveau Volvo XC90. C’est presque minimaliste et surtout extrêmement novateur.

Exit les centaines de boutons qui ornaient le tableau de bord et bienvenue au tactile. L’intérieur du Volvo XC90 fait table rase du passé et des boutons à n’en plus finir pour n’offrir au conducteur qu’un grand écran tactile regroupant toutes les fonctionnalités de la voiture. La prise en main n’est pas immédiate, mais bien moins effrayante qu’il n’y parait. La lisibilité – quant à elle – est optimum. Le système est complet, notamment grâce à la technologie CarPlay (Android Auto pour les autres), aucune latence perçue, si ce n’est celle d’un GPS encore un peu lent. Pour le reste, ce n’est que pure merveille.

Le plus Volvo

Comme évoqué plus haut, les surfaces vitrées sont généreuses. Le nouveau Volvo XC90 offre un intérieur très spacieux et réserve quelques belles surprises. Outre les 140L gagnés dans le coffre par rapport à l’ancien modèle, il se dote de quelques atouts assez bien vus.

Cleanzone : un nouveau filtre d’habitacle voit le jour à bord du XC90. Il a pour mission de filtrer l’air ambiant et de le rendre plus propre en bloquant notamment les particules nocives et le pollen.

Intellisafe : c’est LE truc de Volvo : la sécurité. Plus d’accidents possibles en Volvo d’ici 2020 et l’un des objectifs de la marque. Le Système Intellisafe y participe en pouvant agir de façon totalement autonome sur les freins s’il détecte un obstacle. Bien sûr cette option est déconnectable, mais il ne semble pas idiot de faire confiance à l’inventeur de la ceinture de sécurité.

Assistance aux embouteillages : le principe est très simple : jusqu’à 50km/h c’est la voiture qui fait tout.

Système son Bowers & Wilkins : participe grandement à l’effet très premium que produit l’intérieur, le système sonore est d’excellente qualité. Déjà à l’époque du XC90 de première génération c’était un des atouts différenciants majeur.

Nouveau-Volvo-XC90-Exterieur-14

Un très bon comportement

Des aptitudes citadines

Son gabarit ne l’aide pas et pourtant il est à l’aise en ville. Le pack City Safety (composante de l’Intellisafe) et la vision panoramique à 360° permet de déjouer les nombreux pièges que comporte la ville. L’assistance au stationnement aussi, bien que son utilisation ne soit pas vraiment usité il faut l’admettre.

Absorbe les kilomètres

Les sièges ventillés et chauffants étant très ergonomiques, les heures passées derrières le volant sont assez indolores. Si les réglages ne sont pas extrêmement nombreux, ils sont suffisants pour avoir une position optimale. Le confort est vraiment au rendez-vous. Les assistances de conduites finissent le travail.

Motorisations : le royaume du 4-cylindres

Quelque soit la motorisation choisie vous aurez un bloc4-cylindres en lignes de 1969cc. Seuls des appendices extérieurs viennent en modifier la puissances :

  • D4  F/AWD – 190ch & 400Nm
  • D5 AWD – 225ch & 470Nm
  • T5 AWD + Turbo : 254ch & 350Nm
  • T6 AWD + Turbo + Compresseur – 320ch & 400Nm
  • T8 AWD + Turbo + Compresseur + Mot. Elect. – 320ch + 80ch & 400Nm

 

La concurrence


 

On aime : 

– Une alternative aux allemandes

– Le sentiment de sécurité à bord

– Son intérieur minimaliste 

On aime moins : 

– Le manque de caractère des motorisations*

– Le GPS encore un peu lent

–  


 


 

*version essayée : Volvo XC90 D5 AWD Inscription Luxe

2 Commentaires

  1. Pingback: #Test-Drive : Volvo XC90 | Volvo XC90 | Scoop.it

  2. Mols jonathan 7 août 2015 à 12:14

    Pour l avoir déjà croisé, il est hyper beau et plus classe que ces homologue allemands.

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram did not return a 200.