L’Audi quattro Ski Cup à Megève

L’Audi quattro Ski Cup est une compétition de ski réservée aux amateurs de ski à qui l’on propose de participer à une compétition dans les conditions de la coupe du monde.  Le temps d’un weekend, nous nous sommes donc glissés dans la peau d’un champion de ski.

La compétition se dispute entre 5 pays : l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, l’Italie et la France avec une seule manche qualificative à Megève. À la clé, pour le podium de chaque catégorie (18-39 Homme, 18-39 Femme, 39+ Homme, 39+ Femme), une place pour la super-finale à Madonna di Campiglio (Italie) pour représenter la France et affronter les vainqueurs de chacun des autres pays engagés. 

Audi & la FIS

Depuis 2000, la marque aux anneaux s’associe à la Fédération Internationale de Ski (FIS) ainsi qu’aux Fédérations Nationales et propose son soutien aux athlètes.
Audi supporte les équipes d’un point de vue « logistique » en fournissant une flotte de véhicules à destination du staff technique et des athlètes.
Le partenariat va même un peu plus loin puisque le constructeur d’Ingolstadt fournit également un soutien R&D aux équipes avec notamment des sessions de travail en soufflerie.

Audi-Q5-FFS

En France, Audi apporte son soutien à deux disciplines : 

Ski Alpin

La filière la plus connue de tous, le Ski Alpin. Il regroupe quatre disciplines olympiques. De la plus rapide à la plus technique : la Descente, le Super-Géant, le Géant et le Slalom. 

Ski Freestyle

Très spectaculaire, le Ski Freestyle regroupe des disciplines acrobatiques comme le Slopestyle, le Half-Pipe ou le Big-air, mais également des compétitions de vitesse avec le ski de Bosses, le Saut à ski et le Skicross.

La France s’est d’ailleurs fièrement distinguée en Skicross avec un triplé olympique historique à Sotchi en Janvier 2014. Les trois français, Jean-Fred Chapuis, Arnaud Bovolenta et Jonathan Midol s’accaparent le podium en finissant aux trois premières places, raflant ainsi toutes les médailles : Or, Argent et Bronze. 

Arnaud BOVOLENTA

Jean-Fred. CHAPUIS

Jonathan MIDOL

À Megève sur une piste FIS

C’est donc la station de Megève qui accueillait cette manche Française de l’Audi quattro Ski Cup. Une portion de la piste Olympique nous était réservée avec un portique de départ, des chronométreurs, mais surtout un tracé et une neige façonnée par des shapers de Megève et de la FIS. Façon pro.
Les pistes des compétitions de la FIS font l’objet d’un traitement particulier et nécessitent l’intervention d’une équipe dédiée qui travaille des semaines en amont d’une compétition pour travailler la neige de sorte qu’elle soit suffisamment dure (mais pas verglacée) pour une accroche optimale des skis et la plus constante possible au fil des descentes.

C'est parti !

Arrivés la veille au soir, la journée débute par ce que l’on appelle le « bib-draw » (ou attribution des dossards) qui est bien plus stratégique qu’on ne le pense. En effet, si les shapers s’efforcent à injecter suffisamment d’eau dans la neige pour la rendre la plus constante possible, il n’en demeure pas moins qu’au fur et à mesure des passages, le tracé évolue et la neige fraîche va se nicher à l’extérieur du tracé ce qui le rend plus difficile. J’ai tiré le dossard 71 sur 95, je partirai donc dans les derniers. Ça fait parti du jeu.

Un petit groupe se constitue et nous partout pour un bref repérage de la piste. On écoute avec attention les précieux conseils distillés pendant cette courte descente et à peine arrivés en bas, les premiers dossards s’élancent.

Mon premier passage approche, la pression monte un peu car bien que nous ne jouons pas notre vie, nous nous sentons observés : ce qui provoque une montée de stress supplémentaire. On se vide la tête, on se remémore les conseils prodigués et c’est parti !

Je fais un temps qui me positionne dans la première moitié du groupe et c’est le cumul de ce chrono avec ma prochaine descente qui me classera définitivement.

Pas vraiment satisfait de mes skis, très polyvalents et donc moyen un peu partout, je décide de changer de paire et vais à la rencontre des équipes de Rossignol. 

Un pit-stop chez Rossignol

En matière de ski, c’est un peu comme en automobile : on a ses préférences et ses habitudes. Les miennes – de préférences – sont plutôt portées vers de belles pistes bien damées où je peux aller rapidement à de belles allures et tailler de jolies courbes. Et parfois même, si je ne suis pas trop feignant, faire un peu d’exercice et faire chauffer un peu les muscles fléchisseurs.

Je suis donc aller voir les équipes de Rossignol – partenaire de la course – pour leur emprunter une paire de ski.
À partir de là, je découvre un nouveau monde.

Les Rossignol HERO ELITE LT Ti offrent des performances jamais usitées jusque là. Très précis, ils offrent un vrai confort. Ils s’inscrivent parfaitement en courbe et sont très précis. Mes sensations avec ses nouveaux skis sont sans précédent.

Je me sens olympien, j’ai confiance en mes skis et donc en ma future performance.

Une 9e place

Au départ de la seconde manche, je suis motivé et plein d’assurance. Je sais que je ne peux plus rejeter la faute d’une éventuelle contre-performance sur le matériel alors je m’élance sans trop de pression.

Et c’est là l’erreur.

Peut-être un peu trop hardi, en fin de parcours, mes trajectoires ne sont plus bonnes et je n’ai pas assez de vitesse, je me déconcentre, je m’énerve et je sais que je perds beaucoup de places. Effectivement je finis en 9e position.

Fort heureusement, après une bonne tartiflette, on oublie très vite tout ça puis partons découvrir le domaine de Megève en espérant plus qu’une chose : remonter très prochainement sur nos skis. 

Commenatires

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être