Les 21 glorieuses des 24 heures du Mans

Depuis 1923, une fois par an la ville du Mans vit au rythme des 24 heures. Il est inutile de présenter cette mythique course,  néanmoins nous célébrerons  cette 80ème édition,  en faisant un petit tour d’horizons des automobiles victorieuses. Et qui dit 80ème édition dis retour dans les années 80.

1980

1980 - Rondeau M379B-Ford Cosworth

1980 – Rondeau M379B-Ford Cosworth

On retrouve le design assez rond de la fin des années 70, l’unique appuie est assuré par l’aileron arrière

1981

1981 - Porsche 936

1981 – Porsche 936

La Porsche 936 de 1981 innove par l’apparition d’un second appuie qui augmente la stabilité à grande vitesse et offre une meilleure accroche du train avant.

1982-83

1982-83 - Porsche 956 (team Rothmans)

1982-83 – Porsche 956 (team Rothmans)

La 956 quant à elle solde le problème de la ventilation des disques avants en créant deux entrées d’air pour ventiler le train avant qui souffrait terriblement de la chaleur : il s’agissait d’optimiser l’usure des disques et des plaquettes et augmentait donc l’endurance de l’auto.

1984-85

1984-85 - Porsche 956 (team Joest)

1984-85 – Porsche 956 (team Joest)

Cette autre vue – puisqu’il s’agit du même modèle que le précédent – permet de voir l’appuie avant et sa ventilation

1986-87

1986-87 - Porsche 962C

1986-87 – Porsche 962C

On change une équipe qui gagne, les entrées d’air ont été quelques peu changées notamment avec l’apparition des prises d’air latérales.

1988

1988 - Jaguar XJR-9LM

1988 – Jaguar XJR-9LM

Jaguar – victorieuse cette année là – optimise encore l’avant de sa XJR et obstrue d’une grille les ventilations du train avant pour limiter son encrassement. Par ailleurs, les appuies avants sont améliorés.

1989

1989 - Sauber C9-Mercedes-Benz

1989 – Sauber C9-Mercedes-Benz

Le design se radicalise un peu plus avec des arrêtes plus tranchées pour l’aileron avant et l’allégement du spoiler arrière.

1990

1990 - Jaguar XJR-12

1990 – Jaguar XJR-12

Peu de changement par rapport à la XJR 9 si ce n’est l’alignement sur la Sauber C9 avec une amélioration des ailerons avant et arrière.

1991

1991 - Mazda 787B

1991 – Mazda 787B

Mazda s’offre la victoire (son unique) en 91 avec pourtant un certain retard en matière aéro-dynamisme. Heureusement la voiture ne fait pas tout !

1992-93

1992-93 - Peugeot 905 Evo 1B

1992-93 – Peugeot 905 Evo 1B

L’écurie française s’offre la victoire deux années de suite avec sa 905 Evo 1B. Un aileron arrière qui descend plus bas pour canaliser et maîtriser les flux d’air générés par le train arrière (ancêtre des diffuseurs actuels) et ainsi gagne en stabilité et mordant : ils gagnent.

1994

1994 - Dauer 962 Le Mans (team Porsche)

1994 – Dauer 962 Le Mans (team Porsche)

On revient clairement en arrière dans le temps quant à la conception de cette Dauer qui semble être restée bloquée à la fin des années 80. Comme quoi – répétons le – l’auto ne fait pas tout !

1995

1995 - McLaren F1 GTR

1995 – McLaren F1 GTR

McLaren F1 GTR ou les super-cars d’aujourd’hui : elle a clairement un air de MP4-12C non ?

1996-97

1996-97 - TWR Porsche WSC-95

1996-97 – TWR Porsche WSC-95

1998

1998 - Porsche 911 GT1

1998 – Porsche 911 GT1

Première « 911 » gagnante, Porsche rattrape son retard en matière d’aero-dynamisme et s’offre une belle victoire.

1999

1999 - BMW V12 LMR

1999 – BMW V12 LMR

Dotée d’un V12 la BMW V12 LeMansRacing s’offre un victoire en 99 notamment grâce à Yannick Dalmas.

2000-2005

2000-05 - Audi R8

2000-05 – Audi R8

Audi arrive avec ses prototypes puissants et fiables – personne ne les délogera de la première place si ce n’est deux troublions aujourd’hui bien loin derrière la marque aux quatre anneaux.

2003

2003 - Bentley Speed 8

2003 – Bentley Speed 8

Bentley joue les troublions dans la sérénité d’Audi en s’offrant – dans l’ordre : le pilote d’Audi et légendaire Tom Kristensen et donc la victoire.

2006-2009

2006-2009 - Audi R10

2006-2009 – Audi R10 TDI

Audi a retenu la leçon et rappelle son poulain : Tom Kristensen et rappelle tout le monde à l’ordre avant que le lion sorte de sa cage. C’est également l’arrivé du diesel : coupleux et puissant. Les injecteurs sur rampe commune augmente considérablement les performance du diesel et est d’une fiabilité incroyable : merci Bosch…

2010

2009 - Peugeot 908 HDi FAP

2009 – Peugeot 908 HDi FAP

Techniquement au sommet, Peugeot a su détrôner Audi et rompre la chaîne de victoires de l’Allemand avec ce moteur extrêmement performant et un pilote au nom intriguant : David Brabham !

2011

2011 - Audi R18 TDI

2011 – Audi R18 TDI

Peugeot a connu des soucis techniques, ils méritaient la victoire pour leur dernière participation au Mans mais la course est ce qu’elle est les pilotes Audi n’ont pas démérité pour autant. C’était chaud, bouillant même puisque 700m seulement séparaient l’Audi des Peugeot. 24 heures aussi marquée par le terrible accident de McNish qui compte bien prendre sa revanche cette année !

Ne vous y trompez pas : même si l’accent est mis sur le design des voitures, il reste évidemment incontestable que les pilotes sont responsable de la victoire. Cela est d’autant plus vrai qu’il s’agit d’une course d’endurance et que la part de l’Homme est cruciale pour la réussite !

Les nouveautés de 2012

Un grand absent bien sûr pour cette 80ème édition c’est Peugeot dont la R&D sur leur moteur Hybrid4 coûtait très cher – trop cher même pour qu’en ces difficiles moments de crise la marque au lion puisse s’offrir la participation au Mans. Heureusement Nissan vient faire le show avec Deltawing qui sera seule dans sa catégorie « Nouvelle Technologie ». On verra ce que ce proto donne aux 24 heures mais pour le moment ce n’est pas vraiment glorieux du haut de leur 31ème position et tourne près de 30 secondes moins vite que les Audi.

Commenatires

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram has returned invalid data.