Michelin x Porsche : une coopération pour l’excellence

Direction Leipzig pour cette immersion complète au coeur du constructeur saxon : Porsche. Au programme : visite des usines Porsche aux côtés de leur fidèle partenaire Michelin, essais on et off road et de multiples découvertes.

#Roadtrip Berlin – Leipzig

Michelin_Porsche_Leipzig-1

Deux Porsche 911 type 997 Carrera 4S nous attendaient pour rallier Leipzig depuis Berlin. 200km à alterner entre les mythiques autobahns et quelques petites routes sinueuses. 1h30 plus tard nous arrivions à Leipzig pour découvrir dans les moindres détails l’univers Porsche. 

L’usine du Cayenne, Macan et Panamera

© Porsche

© Porsche

Leipzig est le second site Porsche en Allemagne et il accueille une ligne de production qui s’articule autour de trois modèles : Panamera, Cayenne et Macan. Une fois les téléphones et appareils photos mis sous clé, nous avons accès au nid qui donnera naissance à ces modèles de luxe. Si des voitures de plusieurs tonnes volent au dessus de nous, c’est avant tout le nombre d’employés qui fourmillent autour de leur poste de travail qui est marquant. A Leipzig, une grande partie des 630 véhicules produits quotidiennement sont « faits-main ». En fait, tout est monté à la main. A l’exception de l’encollage des vitres, chaque partie de la construction d’une Porsche nécessite une intervention humaine. La logistique, quant à elle est titanesque. Toutes les heures et cela 24h durant, l’entrepôt de stockage est approvisionné par les fournisseurs du constructeur. Seules vingt heures sont suffisantes pour vider ce stock. Ça vous donne une idée de l’ampleur de la productivité. L’usine de Leipzig c’est aussi trois trains de marchandises qui livrent quotidiennement depuis Bratislava, les caisses peintes des trois modèles alors assemblées sur place.

Aperçu du musée Porsche

Ce génie logistique est l’achèvement de décennies d’expériences comme en témoigne les quelques modèles anciens exposés au musée Porsche de Leipzig. Du tracteur Porsche à la Carrera GT, un beau panel de modèles légendaires est exposé : visite ! 

1955 – Porsche 356 Speedster

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-20

Née pour l’export sur le marché US, la 356 Speedster devait répondre à la volonté de son commanditaire Max Hoffman : offrir une Porsche à moins de 3.000$. Défi réussi, mais non sans concession puisque la 356 perd quelques caractéristiques. Elle fit une belle carrière outre-Atlantique en prenant rapidement ses marques dans le monde du sport automobile.

  • 4-cylindres boxer
  • 1.488 cc
  • 55ch
  • 155 km/h

1957 – Tracteur Porsche Diesel ‘Junior’

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-47

De 1956 à 1963, l’entreprise « Porsche-Diesel-Motorenbau GmbH » construisait des tracteurs et des moteurs diesels pour des usages industriels. Durant cette (courte) période 120.000 unités furent vendues ; de tous types : Junior, Standard, Super et Master. Ce modèle ‘Junior’ en photo a été utilisé jusqu’en 2000 puis racheté par Porsche Leipzig en 2002 avant d’être restauré par l’atelier de formation Porsche.

  • Mono-cylindre diesel
  • 822 cc
  • 14 ch
  • 970 kg

1972 – Porsche 911 E 2,4 Coupé « Dorothea »

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-43

Septembre 1927, Ferry Porsche succombe aux charmes de Dorothea Reitz – originaire de Stuttgart – qui devint sa femme en 1935. Conductrice dévouée de Porsche avec une nette préférence pour la 911 dans sa version semi-automatique « Sportomatic ». Sa préférée étant la 911 E ci-dessus.

  • 4-cylindres boxer
  • 2.341 cc
  • 165 ch
  • 220 km/h

1972 – Porsche 917/10 CanAm Spyder

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-11

Porsche développa cette 917/10 Spyder pour le championnat américain CanAm. Pilotée par George Follmer, elle remporta sa première saison. Le turbo qui équipait la 917/10 donna naissance 5 ans plus tard, en 1977, à la 911 Turbo.

  • 12-cylindres en V – Turbo
  • 4.999 cc
  • 1.000 ch
  • 340 km/h

1981 – Porsche 911 SC Cabrio

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-37

Lancée suite à la fraîche arrivée du nouveau Directeur de Porsche, Peter Schulz, la 911 SC Cabrio dominait le segment avec une vitesse maximale de 235 km/h. Elle fut présentée en 1982 au Salon International de Genève.

  • 6-cylindres boxer
  • 2.994 cc
  • 204 ch
  • 235 km/h

1982 – Porsche 956 Le Mans

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-8

Ce prototype construit pour les 24h du Mans symbolise l’arrivée du travail aérodynamique issu de la Formule 1 avec un appui considérable et des passages en courbes jamais usités dans la catégorie. Une down-force si vigoureuse que le chassis tubulaire en acier doit laisser sa place à une monocoque en aluminium.

  • 6-cylindres boxer – turbo
  • 2.649 cc
  • 620 ch
  • 360 km/h

1986 – Porsche 959 Paris-Dakar

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-50

La Porsche 950 Paris-Dakar – avec ses quatre roues motrices et ses deux turbos – a été moteur dans la conception du futur de Porsche et notamment du Cayenne. Très rapide en essai sur le circuit du Mans, elle a remporté la 1ère et 2nde place au Dakar en 1986 avec les équipages Metge/Lemoyne et Ickx/Brasseur.

  • 6-cylindres (refroidi à air) – turbo
  • 2.850 cc
  • 400 ch
  • 210 km/h

1991 – Porsche 911 Turbo 3,3 Litres

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-34

Issue de la compétition (Porsche 917) et basée sur un modèle 911, la Turbo a le prestige, lors de sa sortie en 1977, d’être la voiture de série Allemande la plus rapide du Monde.

  • 6-cylindres boxer – turbo
  • 3.299 cc
  • 320 ch
  • 270 km/h

2009 – Porsche 911 Sport Classic

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-24

La 911 Sport Classic a été produite à seulement 250 exemplaires. Le plus frappant étant sa couleur, developpée expressément pour ce modèle : Sport Classic Gris. Son aileron arrière fixe aussi connu sous le nom de « ducktail », (queue de canard) à cause de sa forme, fait référence à l’inoubliable Porsche Carrera RS 2.7 de 1973.

  • 6-cylindres boxer
  • 3.800 cc
  • 408 ch
  • 302 km/h

2009 – Porsche 911 GT2 RS

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-27

Puissance et prestige caractérisent très bien cette bête de course. Un soin particulier a été apporté à ce modèle pour lui conférer des performances jamais attribuées auparavant à une Porsche de série. Son design est en phase avec les performances : impressionnant. Les lèvres de spoiler sont en carbone.

  • 6-cylindres boxer – bi-turbo
  • 3.600 cc
  • 620 ch
  • 330 km/h

2010 – Porsche 911 GT3 R Hybrid

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-16

Arrivée de la technologie hybride pour la course. Deux moteurs électriques viennent apporter 60 kW (80 ch) aux roues avants en complément des 480 ch fournis par le ‘flat-6’ aux roues arrières. Contrairement aux voitures hybrides civilisées, ce ne sont pas des batteries qui alimentent les moteurs électriques, mais un volant moteur situé à côté du pilote.

  • 6-cylindres boxer
  • 3.996 cc
  • 480 ch (+80 ch)
  • 290 km/h

 

L’étroite relation Michelin-Porsche

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-82

Cette visite saxe était l’occasion de mettre en exergue le fort partenariat entre le constructeur allemand et le manufacturier français : Michelin. Depuis plusieurs années, Michelin fabrique des pneus spécialement homologués pour Porsche. Entre l’exigence du constructeur allemand et le savoir-faire de Michelin, le résultat donne naissance à des pneus aux performances incontestables. Le dernier né est le Pilot Sport Cup 2 qui équipe notamment la prodigieuse Porsche 911 (991) GT3. À son tableau de chasse, cette dernière monture épingle de prestigieux records comme celui de la Renault Sport Mégane R.S. 275 Trophy R sur le Nurburgring ou encore celui de l’ultime Porsche 918 Spyder. C’est également l’arrivée de technologies innovantes comme l’utilisation de polymères ‘double compounds’ (double composés) qui offre à une même surface de roulement deux profils de gomme différents procurant le double bénéfice d’un grip accru et de meilleures références chronométrées sur le sec. Mieux que des longs discours, c’est sur la piste du site Porsche Leipzig qu’ont lieu les test-drives Porsche. Ce sont bien évidemment les modèles produits sur place qui sont mis à notre disposition sur un circuit qui a la particularité de compiler les meilleurs virages et passages des pistes mondiales les plus renommées.

Au menu donc :

  • Sunset Bend (Sebring – USA)
  • Victoria Turn (Rio – Brésil)
  • Loews (Monte-Carlo – Monaco)
  • Mobil 1 S (Nurburgring – Allemagne)
  • Bus Stop (Spa-Francorchamps – Belgique)
  • Curve di Lesmo (Monza – Italie)
  • Suntory Corner (Shizuoka – Japon)
  • Corkscrew (Laguna Seca – USA)
  • Parabolica (Monza – Italie)
  • Suzuka S (Suzuka – Japon)

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-65

Tous les profils de virages donc ; avec un haut niveau de technicité.  On attaque alors, sans crainte, aux commandes des Porsche Cayenne S, Macan S et Panamera GTS chaussées en Michelin avec du Pilot Sport Cup + pour la Panamera, du Latitude Tour HP pour le Macan S et Latitude Sport 3 pour le Cayenne S. Malgré le gabarit des modèles disponibles, leur comportement est sain. Mention spéciale pour le Macan S avec lequel Suntory Corner passe très vite.

Michelin_Porsche_Leipzig-Driving-72

Fin de roulage sur asphalte, on passe au circuit tout-terrain avec un joli mélange de sable, pierre, boue ; en montée, descente ou dévers. Étonnamment, le Cayenne, s’avère bon grimpeur, il motrice en montée, sur son couple  : on sent la technologie travailler et les pneus faire leur ouvrage. Surprise tout de même en ce qui concerne le maintien latéral du Latitude Tour HP qui équipait nos Cayenne lors du passage en dévers. Le Michelin Latitude Tour HP confère un bon maintien latéral et ne subit aucune déformation grâce à l’épaule de pneu qui est ferme et une excellente motricité sur terrains à faible adhérence grâce à des pains bien laméllisés.

Programme Michelin Hautes Performances

Outre les pneus, à ses débuts les frères André et Edouard Michelin eurent la brillante idée d’inciter les français à prendre la route en étant prescripteurs des plus belles choses à déguster grâce à leur Guide Michelin.  Ils donnèrent accès aux bons itinéraires grâce aux cartes routières. Maintenant bien établis, Michelin a alors fait naître ce service en ligne ‘Via Michelin’ qui totalise pas moins d’un milliard d’itinéraires calculés par an. Et même si une branche lifestyle existe chez le manufacturier clermontois, c’est à la fidélité de ses clients que s’attaque maintenant la marque au Bibendum avec le programme Michelin Hautes Performances qui propose à ses clients de tous horizons des expériences aussi belles que celle que je vous ai conté.

Pour une immersion encore plus complète : voici les images.

Commenatires

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram has returned invalid data.