Pneus hivers : un cours pratique made in Michelin

C’est à Val d’Isère, sur la piste de glace que se sont déroulés ces essais d’un genre particulier. En effet, Michelin tenait à faire part à quelques journalistes et bloggers de l’importance de passer en pneus hiver lorsque la température passe sous les 7°C. Tout le monde s’est déjà trouvé dans cette situation embarrassante où l’on est au volant de sa voiture et que rien n’y fait : la neige empêche toute progression, direction et freinage.


 

Contreappel_GDB_Porsche_Michelin_Val_Isere_2013-1

Il y a trois majeures différences entre un pneu hiver et un pneu été :

  • La composition de la gomme
    Plus tendre elle s’agrippe à la moindre aspérité de la route.
  • L’augmentation du nombre de pains de gomme
    Plus importants, la multiplication du nombre de pains de gomme augmente la motricité grâce à l’effet crémaillère.
  • La « lamellisation » des pains de gomme
    Grâce à la souplesse de la gomme, les lamelles vont agir comme de petites griffes quel que soit le type de sol : de la simple humidité en passant par la neige partielle, compacte, fraîche, fondue ou encore verglas.

 

 

Le résultat

Avant de parler des résultats il est important de se figurer qu’il s’agit là de sécurité, des pneus hivers sont les plus performants en dessous de 7°C et peuvent sauver la vie.

Ce qui est incroyable c’est que l’on perd tout contrôle sur la glace si la voiture est laissée en pneus ordinaires : cette expérience est troublante, car même si l’on applique tous les rudiments d’un pilotage sur glace – comprenez : conduite souple et anticipation – si la liaison au sol ne se fait pas, vous pouvez oublier démarrage, freinages, virages. Une fois monté en pneu neige alors l’on retrouve 3 éléments qui manquaient :

  • La sécurité :
    On retrouve un freinage digne de ce nom et on peut se permettre d’envisager sereinement un virage
  • La mobilité :
    On retrouve de la motricité en traction comme en propulsion, la notion de démarrage en côte revient
  • Le contrôle : 
    Qui autorise une conduite proche d’une conduite en conditions normales.

Contreappel_GDB_Porsche_Michelin_Val_Isere_2013-24

Par ici les glissades !

Si tous les précédents points sont importants pour la plupart des automobilistes, il en est de même pour les voitures développant plus 350ch ! Les problèmes liés à la liaison au sol sont les mêmes voire pire compte tenu du besoin de retransmettre la puissance au sol. Et là, les images parlent d’elles mêmes !

 

4 Commentaires

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram has returned invalid data.