Un petit tour en DTM ?

Certains qualifient le DTM comme de la Formule 1 dissimulé sous des silhouettes de berlines allemandes. À en juger ce que l’on voit, ce n’est pas totalement faux. Né dans les années 80, ce championnat aux origines exclusivement allemandes a connu des périodes plus ou moins fastes.

1984-BMW_635_CSi

Des 80’s à aujourd’hui

Inspiré du Deutsche Rennsport Meisterschaft (traduisez : championnat de course allemand), et baptisé Deutsche Tourenwagen Meisterschaft, ce championnat germano-germanique connu un vif succès pour sa première saison en 1984. Il faut dire que le spectacle est au rendez-vous. Associez des bolides aux allures de voitures du quotidien à des performances de Formule 1 : vous obtiendrez un tableau plutôt atypique. D’autant que les carrosseries étant complètement fermées : la bagarre est sans limite et les coups de portières monnaie courante. C’est cette équation qui façonne le succès de cette discipline.

Aux vues de cette croissance, la FIA ouvre le championnat à tous les constructeurs : cette décision fera exploser en vol le succès de la discipline engendrant trop de coûts. Seul Alfa Romeo en 1993 aura le temps de s’offrir la première place du championnat DTM constructeur avec leur Alfa Romeo 155 Ti V6.

Retour en arrière en 2000, le DTM redevient exclusivement allemand avec Audi, Mercedes et Opel. Il faudra attendre le retour de BMW en DTM (après avoir quitté la F1) il y a 3 ans pour renouer avec le succès auprès des spectateurs et dépasser en popularité la catégorie reine du sport auto : la Formule 1.

2015-Audi_RS5_DTM-Steering

Bienvenue à bord

Si l’extérieur est impressionnant d’aérodynamisme, il y a un endroit que l’on voit moins : c’est le cockpit. Très minimaliste pour des raisons évidentes, le centre névralgique de ces prototypes reste bien évidemment le volant. Proche de ceux de F1, ils demeurent tout de même bien plus simples puisque la cartographie n’est pas modifiable depuis ces derniers au même titre que le traction control ou encore l’ABS. Mike Rockenfeller, pilote Audi, vous en explique le fonctionnement.

Vous l’aurez compris, c’est pas tout à fait la F1 mais en conserve quelques organes comme le DRS. Quelque part, ça résume bien le DTM.
Si la vidéo va un peu vite pour vous, notez seulement que :

l’envers du volant comporte trois palettes :

  • deux pour commander la boîte (+ et -)
  • la grande actionne le DRS.

Sur la façade vous pouvez notamment :

  • mettre en marche le limiteur de vitesse pour les pits(60 kmh maxi), 
  • actionner les essuies-glace,
  • utiliser la radio (l’usage veut que les communications ne se font qu’en lignes droites et hors action de dépassement),
  • activer les freins arrière (pour le départ).

 

Par ailleurs, la capsule est tout en carbone : fait pour l’ergonomie et la sécurité du pilote. S’extraire rapidement d’une voiture marchant à l’essence proto peut s’avérer également très utile.

2015_BMW_M4_DTM-Pit

Place à l’action

Top 10 – Dépassements 

Ce qui fait le charme du DTM c’est les dépassements musclés. En voici une belle compilation. Comme évoqué en ouverture de l’article, les coups de porte sont légendes dans la discipline et l’agressivité d’une violence fascinante. Les voitures étant très proches les unes des autres et le plateau plutôt fourni, un seul mot d’ordre domine la course : la bagarre. Ce qui n’est pas sans conséquences !

Top 10 – Crashs 

Forcément, à force de se bastonner à la moindre ouverture ça fini parfois dans le décor. Et si c’est pas la baston, c’est les plats au freinages ou les poussettes. Quoi qu’il arrive, parfois ça sort et la technique n’est pas toujours responsable.

Top 10 – Arrêts aux stands foireux

Nul n’est infaillible, même chez l’élite du Grand Tourisme automobile. Pourtant entraînée tout au long de l’année, l’équipe technique peut parfois être le maillon faible d’une écurie le temps d’une course. Ça fait parti du jeu et c’est plus fréquent qu’on ne le pense.

Pour aller plus loin dans votre visite au sein du DTM, n’hésitez pas à voir la vidéo de Chris Harrys qui essaye une BMW M3 DTM de 2013.

 

 

Sources : FIA, YouTube.

 

Commenatires

Commenter

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous aimerez peut-être
Instagram has returned invalid data.